Un peu de repos à Valparaiso

Première expérience de stop en Amérique latine

Durant notre Tour du Monde, nous nous étions parfois essayé à l’exercice du stop mais seulement pour des petites distances (d’un terminal de bus jusqu’en centre-ville par exemple). En Argentine, le prix des transports est tellement élevé (on se rappel des 80€ déboursés pour le bus Salta-Mendoza) que nous avons décidé de remettre le couvert mais cette fois-ci pour des distances bien plus importantes (des centaines de kilomètres). Notre premier objectif ? Rallier les villes de Mendoza (Argentine) et de Valparaiso (Chili). On se prépare donc la veille de notre départ en récupérant un carton dans la rue pour faire une pancarte indiquant Ruta 7 (c’est la route qui mène jusqu’à la frontière chilienne), Chile. On se lève tôt le jour J et nous nous mettons en route un peu avant 7h. Nous avions repéré un grand axe la veille où nous avions prévu de nous installer.

Une fois sur place, un bus s’arrête vers nous et le chauffeur nous indique que le meilleur endroit pour faire du stop dans cette direction est un peu plus loin. On se remet donc en route une dizaine de minutes et nous apprêtons à faire du stop quand une voiture s’arrête déjà !! Nous n’avions même pas eu le temps de poser nos sacs par terre et de tendre la pancarte qu’on nous proposait déjà de nous emmener plus loin !! La journée commence bien !! :) Nous montons donc avec notre premier bon samaritain de la journée qui nous dépose sur la route 7 à quelques dizaines de kilomètres au sud de Mendoza.

 Adeline Mendoza Argentine

Première étape : check !

Il nous faut désormais trouver une autre âme charitable qui voudra bien nous amener jusqu’à la frontière. Nous nous installons donc et prenons cette fois le temps de prendre photos et films de cette nouvelle adventure. Et là encore, ça ne traine pas. Je n’ai même pas le temps de ranger le caméscope qu’un pick up s’arrête pour nous proposer de nous amener jusqu’à la frontière !! Décidément, ça marche sacrément bien !!

Adri 4x4 Argentine

Notre looooonng passage de frontière

En un peu plus de 3 heures (avec une longue pause chez le réparateur de pneu, car le conducteur voulait faire réparer sa roue de secoure sur la route) nous arrivons à la frontière avec le Chili. Enfin non, correction, nous arrivons dans une file de voitures dont on ne voit le bout et qui n’avance pratiquement pas. Nous nous renseignons chez d’autres chauffeurs pour savoir si la frontière est loin et ceux-ci nous confirme qu’il y en a pour un sacré bout de temps. On prend donc notre mal en patience puis au bout de deux heures (tout de même), je décide de marcher pour voir où s’arrête cette file. A peine 500 mètres plus loin (bon en même temps en 2 heures nous n’en avions parcouru à peine 300 ou 400), je vois le poste frontière… Remontant dans la voiture, j’en avise Adeline et nous décidons d’y aller en marchant avec nos sacs sur le dos. Nous remercions donc Dino de nous avoir accompagné jusqu’ici et partons vers la douane.

 Passage de Frontière avec Chili

Petite précision : nous étions partis de Mendoza avec la chaleur et le beau temps (même de bon matin) et étions donc habillés en conséquence, à savoir short – t-shirt. Sauf qu’ici, changement de décors, nous sommes en pleine montagne, à quelques kilomètres de l’Aconcagua le plus haut sommet d’Amérique latine avec ses 6962 mètres d’altitude. Il fait donc froid !! Il se met d’ailleurs même à neiger. Une fois arrivés au poste de douane, nous en profitons donc pour nous mettre plus à l’aise et surtout plus au chaud !!

Passage frontière Chilli

De là, la longue attente se poursuit car il faut faire la queue pour faire tamponner nos passeports. Au bout de plus de 30 minutes d’attente, on nous envoi d’un bureau à l’autre car notre cas pose problème. En effet, nous voulons traverser la frontière à pied et non avec un véhicule. On nous délivre alors une attestation puis nous devons refaire la queue avec tout le monde… Nous passons enfin puis on nous montre la sortie. On s’y dirige puis, une fois entrés au Chili, on s’aperçoit que personne n’a fouillé nos sacs alors que c’est d’habitude tout une histoire pour entrer dans ce pays. On ne dit rien à personne et nous commençons à refaire du stop.

direction Valparaiso Chili

Carlos, notre chauffeur jusqu’à Santiago

Là, c’est déjà plus compliqué. La douane chilienne fouillant de fond en comble tous les véhicules entrant sur son territoire, ceux-ci ne sortent qu’au compte-goutte et nos chances de nous faire prendre en stop rapidement sont fortement diminuées… Il nous faudra cette fois un peu moins d’une heure (pendant laquelle à peine une quinzaine de voitures seront passées) pour qu’un routier s’arrête pour nous proposer son aide pour rallier Santiago. Alléluia !! Son nom ? Carlos, un mec en or bavard comme pas deux qui nous amène à bon port en environ 2 heures.

 Adri dans le Camion pour Santiago du Chili

En descendant du col (la frontière), Carlos ralenti et nous demande de regarder par la fenêtre l’un des endroits où la route serpente comme pas possible. Cette endroit s’appelle Paso Internacional Los Libertadores et doit être plutôt connu puisque nous en avons même trouvé des cartes postales plus tard !!

 Paso international Los Libertadores Chili

Arrivée à Santiago

Le trajet est vraiment passé tout seul avec lui tant il était sympa. Il finit par nous déposer à la sortie de la ville sur la route menant à Valparaiso. Seul problème, il s’agit en fait plus d’une autoroute que d’une route et donc les véhicules ne s’y arrêtent pas… Au bout d’un peu moins d’une heure d’attente infructueuse, nous rebroussons donc chemin et trouvons quelqu’un qui nous amène jusqu’à la station de bus. De là, nous prenons un ticket direct pour Valparaiso que nous atteignons à la nuit tombante, non mécontent d’y arriver enfin.

 tous avec Carlos Chili

La galère des hébergements en arrivant à Valparaiso

De là, nous nous mettons en quête d’un hébergement pour la nuit. Suivant des conseils de voyageurs rencontrés quelques semaines plus tôt, nous cherchons une guest house qu’ils nous avaient fortement recommandé. Seul problème, une fois sur place, le prix est bien plus élevé que celui auquel nous nous attendions. Déçus et un peu à bout de cette journée qui n’en finit plus, nous rebroussons chemin pour chercher un toit pour la nuit non loin de la gare routière. Mais tous les hôtels chez lesquels nous sonnons, soit ne répondent pas, soit sont dans un état pitoyable (crotte de chien sur la moquette à l’entrée de la chambre pour vous donner un exemple) pour un prix exorbitant en comparaison du service proposé… Nous arrivons finalement à en trouver un que nous négocions à 18 000 pesos la chambre tout de même soit 24€, ce qui en fait l’une des chambres les plus cher de notre voyage, où il n’y a ni eau chaude le soir (c’est donc râpé pour la douche) ni wifi, salle de bain commune, odeur d’urine et pour couronner le tout, les draps puent le tabac froid et la fenêtre (pas du tout isolée) donne sur un boulevard bruyant au possible… Bref, une catastrophe, mais la moins cher que nous ayons réussi à trouver. On capitule et on s’endort en se disant que dès le lendemain nous partirons pour trouver mieux.

valparaiso de nuit Chili

Un premier contact avec la ville loin de toutes nos espérances

Pour nous, Valparaiso c’était une ville de pêcheurs, colorée, pleine de charmes et d’animation, on se faisait donc une joie d’y être enfin pour nous y reposer. Au lendemain de notre arrivée, nous reprenons donc nos sacs pour partir en quête d’une meilleure guest house pour les prochains jours. Quelle ne fut pas notre déception lorsque nous traversions la ville et que nous ne croisions que des loques complètement bourrées en train de cuver de leur soirée bien arrosée de la veille. Partout où notre regard portait il croisait des bouteilles cassées, des chiens errants, des détritus de toutes sortes, le tout dans une odeur d’urine quasi permanente au fur et à mesure que nous nous rapprochions du centre historique… Pour couronner tout ça, le beau temps n’était franchement pas au rendez-vous… Bref, nous commencions sérieusement à nous demander pourquoi tant de monde parlaient de cette ville en bien…

valparaiso Chili

Cherchant une chambre dans une guest house, nous nous heurtons à un nouveau problème. Soit on ne nous répond pas (tout le monde semble dormir alors qu’il est plus de 8h), soit on nous annonce des prix de l’espace ne correspondant en rien à ce que nous avions sur les guides de voyage ou ce que nous avions lu sur différents blogs pas si vieux que ça. En tout, nous tournons comme ça près d’une heure et demi jusqu’à une maison d’hôte tenue par un français, la bicyclette. Il n’a plus de place (dommage car ce n’était pas cher) mais connait un endroit tenu par un autre compatriote qu’il nous recommande. Il l’appelle donc et ayant de la place, nous nous y rendons tout de suite après.

valparaiso Chili

La maison de la mer, notre lieu de quiétude durant ce voyage

C’est finalement un peu avant 10h du matin que nous arrivons enfin à la Maison de la mer, un hôtel tenu par Bernard, un ancien prêtre au Chili depuis plus de 40 ans. L’endroit est impeccablement tenu et au calme, pile poil ce dont nous avions besoin pour nous reposer. Bernard est au petit soin pour ses hôtes et on se sent vite comme chez nos grands-parents ici. La moyenne d’âge est ici bien plus élevée que dans nos hébergements habituels puisque nous sommes les seuls à avoir moins de 50 ans, mais curieusement on se sent beaucoup plus à l’aise ici qu’ailleurs. Les gens sont calmes et sympas, brefs, tout pour se sentir bien. Le tout est situé sur le Cerro Yungay, donc pas dans le centre historique mais juste à côté ce qui a pour effet de rendre le coin vraiment très calme. Bon par contre, qui dit cerro (colline en espagnol) implique qu’on devra se taper une petite montée (bien raide…). Sinon, il y a aussi l’option taxi collectif qui évite la souffrance à vos mollets pour 400 pesos.

 Valparaiso Chili

Valparaiso Chili valparaiso Chili

Réconciliation avec la ville

Après une bonne nuit de sommeil des plus reposantes, voilà une nouvelle journée qui commence. Nous prenons notre copieux petit déjeuner et partons nous balader en ville sous le soleil. L’ambiance est tout autre que la veille. En même temps normal, nous étions dimanche et tout était fermé alors qu’aujourd’hui, (lundi si vous suivez bien ;) ) la ville est pleine de vie.

Nous avions entendu parler d’une visite de la ville en groupe et nous voulions nous y rendre. Bernard nous ayant donné une carte du quartier avec le circuit suivi par ces tours, nous avons finalement décidé de le faire tout seuls comme des grands. Certes, nous n’aurons pas toutes les explications sur tel ou tel bâtiment, mais nous serons beaucoup plus libre d’aller où bon nous semble.

Valparaiso Chili

Une ville pleine de couleurs

Avant même d’arriver à Valparaiso nous avions entendu à de nombreuses reprises qu’une de ses particularités était son nombre important de maisons aux façades colorées. Nous nous attendions donc à découvrir une belle palette de couleurs en nous promenant en son sein. Et effectivement, en arpentant les rues de la ville, on ne peut que donner raison à tous ces dires, mais au-delà des peintures de façade, ce qui rend les murs si colorés, ce sont surtout la multitude de tags qui y sont dessinés !! Certains quartiers en sont littéralement remplis. Voici un petit tour d’horizon de ceux-ci, le tout regroupé par quartier.

street art Valparaiso Chili

Les cerro et les ascenseur de Valpo

La ville de Valparaiso a beau se trouver en bord de mer, le relief n’y est pas pour autant exclu. Bon, quand on parle de relief ce ne sont pas non plus des montagnes abruptes mais plutôt des petites butes ou collines, il n’empêche qu’il faut parfois faire marcher un peu les guiboles (pas très longtemps on vous rassure) pour aller dans certains quartiers. Mais rassurez-vous, si vous n’avez pas la foi de forcer sur les jambes, la grande majorité des cerro (maintenant vous savez ce que c’est ;) ) disposent de petits ascenseurs qui vous mèneront à bon port pour 100 pesos en général.

Pour les sportifs

valparaiso Chili

Pour les moins sportifs :) !

Ascenseur Valparaiso Chili

Le Cerro Conception et le Cerro Alegre

Notre visite des quartiers de la ville commence donc par la zone classée au patrimoine mondial de l’UNESCO, à savoir le Cerro Conception. Pas très loin du port, ce quartier se trouve en grande partie sur une des nombreuses montagnes immenses et infranchissables buttes dont je viens de vous parler. Nous y montons depuis la place Anibal Pinto et déjà les tags pleins de couleurs habillent les murs. Bon, pour ne pas vous mentir, ce n’est pas dans cette partie qu’on trouve les plus beaux car beaucoup sont recouverts d’écritures à la bombe (oui, on appelle ça un tag mais en comparaison d’autres que l’on voit plus haut, on ne peut définitivement pas les placer dans la même catégorie) pas des plus esthétiques…

Nous remontons l’Avenida Cumming jusqu’à une première petite place toute colorée de mosaïques.

Nous nous perdons ensuite dans les ruelles des deux Cerro admirant de toutes parts le street art qui habille les murs.

 valparaiso Chili

Valparaiso Chili Valparaiso Chili

Valparaiso Chili

Ade Valparaiso Chili

Valparaiso Chili Chili Valparaiso

Adri Valparaiso Chili

Valparaiso Chili

Valparaiso Chili

Dans ce même quartier j’ai pu faire un tour de Tobogan…

 Adri Valparaiso Chili

…Pendant qu’Adeline se trouvait une collègue!!

Ade valparaiso Chili

Le Cerro Baron

Au nord-est de la ville, dominant l’anse de Valparaiso, nous trouvons ce Cerro beaucoup plus tranquille que les deux premiers. Le soir de notre arrivée dans la ville, nous avions tenté notre chance par ici pour trouver un hébergement. Malheureusement, le seul que nous avions trouvé était totalement hors de prix et nous avions atterri dans le taudis dont je vous ai parlé plus haut… Mais ce premier passage ici nous avait permis d’avoir une vue magnifique de Valparaiso By Night !!

Nous y sommes retournés de jour quelques temps plus tard pour trouver un marché que nous avions aperçu la première fois. Bon, manque de bol pour nous, celui-ci était fermé mais la balade ne fut pas vaine puisque nous avons pu y voir d’autres maisons toutes colorées (mais sans tags) dans des rues bien tranquille.

maisons Valparaiso Chili

 Valparaiso Chili 8. valparaiso Chili

 valparaiso Chili

Balade sur le bord de mer

De là, nous redescendons ensuite vers le bord de mer où nous retrouvons un chemin aménagé sur lequel nous croisons bon nombre d’autres promeneurs et joggeurs. L’océan est un peu agité et nous offre quelques belles vagues qui viennent s’écraser contre les rochers en contrebas.

En continuant ce chemin, nous revenons en ville où nous rejoignons le port en quelques dizaines de minutes. De là, il est possible de longer de nouveau l’océan jusqu’au sud-ouest de la ville. C’est ici que nous avons pu voir quelques lions de mer nager à une centaine de mètres de nous. Attention toutefois au vent qui peut se lever l’après-midi et être assez agaçant à la longue (surtout de face lorsqu’il nous envoie du sable dans la tronche…).

Valparaiso Chili

valparasio Chili 9. Ad's Valparaiso Chili

11. Valparaiso Chili

15. port Valparaiso Chili

 valparaiso Chili

L’avenida Alemania

Bernard, notre hôte, nous avait conseillé de nous balader le long de l’Avenida Alemania, sur les hauteurs de la ville. Suivant son conseil, nous nous y rendons donc et découvrons là encore une rue pleine de tags multicolores parmi les plus beaux croisés dans la ville. De plus, la rue étant en hauteur et suivant plus ou moins parallèlement le front de mer, à chaque croisement, nous avions vu vue plus ou moins dégagée sur l’océan.

Valparaiso Chili

Adri Valparaiso Chili Valparaiso Chili

Valparaiso Chili

Valparaiso Chili

Valparaiso Chili

 Cerro bellavista: Le musée à ciel ouvert

Dernier quartier dans notre tour de la ville, celui qui est appelé Museo a ciel abierto ou musée à ciel ouvert. On le trouve sur le Cerro Bellavista. Pour nous y rendre, nous décidons de tester un des nombreux ascenseurs qui jalonnent la ville. De là, nous nous retrouvons dans des rues qui font penser aux Cerro Conception et Alegre en toutefois moins grand. Les tags y sont là encore beaux, mais après avoir vu les autres quartiers, on est moins impressionnés tout de même. Un conseil donc, si vous voulez pleinement en profiter, faites le avant de faire les autres pour y aller crescendo ;) .

Adri Valparaiso Chili

 valparaiso Chili Valparaiso Chili

23. Chili Valparaiso

19. valparaiso Chili

 Ade Valparaiso Chili

La ville basse

Valparaiso ce n’est pas simplement un enchainement de collines. Il y a également toute une zone, appelée ville basse qui est une véritable planche à pain. C’est ici qu’est située la gare de bus et donc là que nous avions dormi la première nuit (vous vous rappelez, notre auberge complètement naze !!). On y trouve également de grandes rues, voir avenues, commerçantes où vous trouverez tout ce qu’il vous faut !! Il y a même des petits étals en bord de rue qui vous vendront tout et n’importe quoi, du cahier barbie au multiprises en passant par des écouteurs…

2. trole Valparaiso Chili

valparaiso Chili  valparaiso Chili

Valparaiso Chili

 Valparaiso Chili

 valparaiso Chili

Une ville où on prend vite de petites habitudes

En tout, nous aurons passé une petite semaine à Valparaiso ce qui nous a fait un bien fou. Notre auberge (la maison de la mer) était un vrai havre de paix où on se retrouvait comme à la maison. Ca, plus le fait que nous étions crevés de nos 20 derniers jours (Bolivie, nord du Chili et nord de l’Argentine quasi non-stop) ont fait que nous avons voulu vraiment nous poser. Et qui dit se poser dit prendre des petites habitudes dans une ville qui nous offrait des repères. Pour nous, ce fut surtout au niveau alimentaire qu’une petite routine s’est installée. Tous les midis, nous allions manger dans un restaurant japonais qui proposait un menu du jour des plus abordables (3 800 pesos, soit 5€) et bien garni, quant aux soirs, Adeline se faisait une bonne grosse plâtrée de légumes pendant que je me faisais des hamburgers maison dont l’épaisseur défiait n’importe quelle bouche d’y rentrer en une seule fois !! Bref, on s’est vraiment fait plaisir ici :) .

De gauche à droite : Entrée, plat, dessert

Entrée Plat Dessert

La minute Fat

Bon, jusqu’à présent l’Amérique latine ne nous avait pas montré grand chose de diététique et le Chili semble ne pas faire exception à la règle. S’il est tout de même beaucoup plus facile ici qu’ailleurs de trouver de bons fruits et légumes, même dans les restaurants, on voit quand même beaucoup de petits trucs à manger sur le pouce. Enfin, quand je dis petits c’est genre un hot dog. Mais en général un hot dog c’est pas non plus très gros. Bah ici, si !! Non seulement la saucisse est énorme, mais ces petits sacripants rajoutent une épaisseur de guacamole et une autre de mayonnaise… Bien léger quoi !! Quant aux plats qu’on vous sert, certes au début on trouvait ça cher (5€ un repas en resto vous vous rendez compte !!! :) ) mais lorsqu’on a vu arriver les assiettes avec des portions énormes on a tout de suite compris… Côté pâtisseries, ils ne se laissent pas non plus abattre avec beaucoup de beignets débordant de crème pâtissière. 

valparaiso Chili

hotdog Valparaiso Chili Patisserie Chili Valparaiso

Les fruits de saison !!

Nous étions au Chili au mois de décembre et pendant que la plupart d’entre vous étaient en pull et compagnie à manger des soupes de courges, pour nous c’était plutôt fruits et légumes de saison avec cerises, fraises, pêches, avocats, belles tomates, etc, été austral oblige ;) . Le tout pour un prix dérisoire et un goût fantastique !!

Fruits Valparaiso Chili

Valparaiso, la ville aux deux visages

Une chose est sûr, nous avons vraiment adoré cette ville en bord de mer (ou d’océan pour être plus précis) qui nous a apporté repos, couleurs et découvertes. Les nombreuses balades que nous avons pu y faire ont ravis nos yeux et l’ambiance générale était vraiment agréable, très vivante.

En revanche, c’est vrai que nous lui avons trouvé une autre facette, moins reluisante celle-là. Le week-end attirant beaucoup de fêtards, ils amènent leur lot de désagréments (bouteilles cassées de partout, odeur d’urine, zombies errant dans les rues, etc…) et ne contribuent pas à dorer l’image de la ville. Côté sécurité, tout le monde (surtout Bernard dans notre auberge) nous mettait en garde contre certains quartiers où le nombre d’agressions était important. On nous disait même de faire attention de partout et effectivement, nous avons été témoin d’une scène plutôt violente en plein centre-ville. Alors que nous nous baladions dans la ville basse, un homme nous dépasse en courant pourchassé par deux autres personnes dont l’un d’eux avait un revolver au poing… Une fois qu’ils lui ont mis la main dessus, en plus de le traité brutalement, ils lui ont collé l’arme contre la tempe… On n’a pas cherché notre reste et on a pris la tangente. On a compris plus tard qu’il s’agissait de policiers attrapant un voleur mais ça fait quand même un drôle d’effet.

Notre avis général sur la ville serait donc le suivant : Si nos débuts dans la ville ne furent franchement pas à la hauteur de nos espérances (rappelez-vous les odeurs d’urines, les gens complètement arrachés et l’hôtel totalement minable de la première nuit), nous nous sommes très vite réconcillé avec celle-ci dans les jours qui ont suivis. Ruelles colorées et animées, hôtel calme et où l’on se sent bien, repos, bref, un tout qui fait qu’on garde un très bon souvenir de notre passage là-bas. Néanmoins, on garde à l’esprit ces deux visages que la ville nous a offert.

Nous avons dit Au revoir à nos amis belges

Valparaiso c’était aussi pour nous le moment de dire au revoir à nos amis belges Pascal et Dorothée !! Quelques jours après notre arrivée, il nous y ont rejoins et nous avons passé pas mal de temps tous ensemble. Mais toutes les bonnes choses ont une fin et c’est ici que nos chemins se sont séparés pour la suite du voyage. Eux partaient pour Buenos Aires tandis que nous, nous allions descendre en Patagonie. On se reverra donc, mais pas pendant ce Tour du Monde. Une très belle rencontre avec des gens qu’on a beaucoup apprécié !! À bientôt les amis !!

Chili valparaiso

Départ pour le sud

Au bout d’une semaine de repos bien mérité, il est temps pour nous de nous remettre en route direction Pucon, dans le nord de la Patagonie chilienne.

Infos pratiques pour vous futurs voyageurs ;) 

En décembre 2015, 1€ = 760 pesos chiliens

Hébergement :

Nom : La maison de la mer

Prix : 20 000 pesos chiliens pour la chambre double (à partir de 2 nuits, un peu plus si une seule)

Petit déjeuner : inclus, Bernard semble vous resservir indéfiniment.

Sanitaire : commun et très propre. Eau chaude

Wifi : oui

Pour y venir : depuis la place Ecuador, vous pouvez prendre le collectivo 41 (taxi) et descendre à la place Yungay (400 pesos), l’hôtel est juste à côté. Sinon, vous pouvez monter à pied (c’est raide mais on l’a fait tous les jours ce n’est donc pas non plus trop dur) par la rue General Mackenna et juste avant la place Yungay, l’hôtel est sur la gauche.

Hotel maison de la mer Valparaiso Chili 17. hotel maison de la mer Chili Valparaiso
 Maison de la mer Chili Valparaiso  Hotel maison de la mer Chili Valparaiso

Transports :

  • Bus Santiago – Valparaiso :

Compagnie : Pullman

Prix : 3 600 pesos/pers

Durée : 2h

  • Bus Valparaiso – Pucon :

Compagnie : Pullman

Prix : 15 000 pesos :pers

Durée : 12h