Descendre dans le cratère du volcan Kawah Ijen

Pas de repos pour les braves !! Après avoir rejoins Mel et Antho à Yogjakarta et fait le mont Bromo avec eux, nous repartons dès le lendemain matin pour un autre volcan de Java : Kawah Ijen.

Le Kawah Ijen c’est quoi ?

Culminant à 2368m d’altitude sur le plateau d’Ijen, il est l’un des volcans les plus touristiques de cette partie de Java en raison des flammes bleues que l’on peut y observer la nuit et bien sûr les porteurs de souffre qui viennent chaque jour extraire ce dernier au fond du cratère pour le remonter et le vendre au comptoir situé sur le flanc du volcan. A l’intérieur de celui-ci, un lac d’acide sulfurique rempli le fond à 2148m. Niveau activité volcanique, la dernière éruption majeure remonte à 1936, mais il fume chaque jour des émanations de souffre.

IMG_0447

Se rendre au volcan

Vous vous rappelez notre dernier article qui vous indiquait comment visiter le Bromo à moindre frais ??? Bon, autant vous dire que cette fois-ci, c’est pas la même… On ne peut pas non plus gagner à chaque fois :)

Une fois de retour à la gare routière de Probolinggo, nous commençons à chercher des bus locaux qui nous permettrons de rejoindre la prochaine étape. Dans le mini bus qui nous avait amené à la gare, nous avions fait la connaissance de Marie et Pierre, deux autres voyageurs qui voulaient également faire le même itinéraire. Nous commençons donc à essayer de chercher le moyen pour nous y rendre au meilleur prix. Et nous finissons par trouver une agence dans la gare routière qui nous propose un ticket combiné pour nous rendre au volcan, puis de nous emmener à un port qui fait les liaisons entre Java et Bali. Nous négocions donc les tarifs (et à 6 ça va quand même beaucoup plus vite qu’à deux !!) et nous embarquons dans un mini-bus direction le volcan !

Tous les 6 au Kawah Ijen java Indonésie

Un arrêt forcé dans une guest house

Après plusieurs heures de routes, on nous débarque dans une guest house un peu au milieu de nul part et alors qu’à l’agence, on nous avait dit qu’il était possible de dormir dans le mini bus pour éviter de payer une nuit quelque part (sachant que l’on doit se lever à 1h du matin pour faire l’ascension et pouvoir voir les fameuses flammes bleues), le chauffeur nous dit que ce n’est pas possible car le mini bus doit faire un trajet de nuit avant de revenir nous chercher au petit matin…BLUFF !!! Un peu blasé, on pose donc nos affaires et on partage deux chambres triple pour limiter les frais (250 000 roupies la chambre qui n’était franchement pas folichonne !!!).

Deuxième déception : il n’y a pas d’endroit où manger à part le restaurant de l’hôtel qui ne propose pas de plat à la carte mais seulement un assortiment de plat pour 60 000 IDR… On sent bien le coup fourré là !! Nous prenons un plat pour deux afin de limiter encore une fois les frais.

Négociations pour une ascension de nuit

Le soir, notre chauffeur vient nous voir pour nous expliquer comment la journée du lendemain va se dérouler. Il commence par nous dire que le départ aurait lieu à 4h du matin… Sachant que nous avions lu que pour voir les flammes bleues, il fallait partir vers 1 ou 2h on ne comprend pas trop surtout qu’à l’agence, on nous avait bien dit qu’on irait à 1h du matin !! De là, on commence à râler un peu et les explications qu’il nous en donne est qu’ avant 4h du matin, il y a trop de fumée dans le cratère et que c’est donc trop dangereux. Après 30 minutes, il revient toutefois vers nous en nous disant qu’il est finalement possible d’y aller plus tôt mais qu’il faut payer 300 000 IDR de plus (150 000 pour l’entrée vu que c’est dimanche (100 000 les autres jours) et 150 000 supplémentaires pour le guide). Apparemment le mec doit avoir des relations avec le volcan et peut lui demander de ne pas cracher trop de fumée si on lui file un peu plus d’argent :) !! Re-négociation et on fini par s’entendre sur 250 000 mais avec un petit goût amer dans la bouche. Bon, au final, nous sommes ceux qui avons payé le moins cher car tout les autres payaient au moins 300 000 voir parfois plus.

DSC01510

Une nuit courte

Après avoir profité de la piscine et du jacuzzi (bah pour le prix qu’on paye on allait quand même pas se gêner !! :) ) on s’en va trouver le sommeil chacun dans sa chambre. Celui-ci sera de courte durée puisqu’à 1h30, on vient nous réveiller pour nous préparer. Encore ensuqués, on prend une petite boite dans lequel nous trouvons un œuf dur et un petit sandwich et nous montons dans le mini bus. Une heure plus tard, nous voilà arrivés à l’entrée armés de nos frontales.

Ad's Mel et Antho Frontale au Kawah ijen Java Indonésie

Ascension puis descente dans le cratère

L’ascension se fait de nuit à la lumière des frontales afin de nous permettre d’arriver dans le cratère lorsque la nuit est encore noire pour que l’on puisse profiter des flammes bleues que dégage le volcan. Une bonne heure de marche nous est nécessaire pour arriver au sommet du cratère et le moins que l’on puisse dire, c’est que ça grimpe sacrément !! On fait bien bosser les mollet là !! Une fois là, nous sommes censé ne pas aller plus loin car les fumées sont trop toxiques. Mais de là haut, nous voyons à peine de petites flamèches bleutées… Notre guide nous propose de descendre pour les voir de plus près et nous sautons donc sur l’occasion !!

Porteur de souffre Kawah ijen Java indonésie

Une fumée suffocante…

On savait que le volcan crachait de gros nuages de souffre à longueur de journée et nous voulions donc prévoir un masque pour nous protéger. Lorsque nous avons posé la question à la personne chez qui nous avons pris les tickets, il nous a rit au nez en nous disant que c’était simplement utile pour les asthmatiques !! Un simple linge humide devait amplement suffire pour nous. On était un peu sceptique et effectivement, une fois que nous avons commencé notre descente dans ce gouffre d’enfer, nous avons senti des émanations de souffre assez désagréables pour lesquelles le linge humide ne servait pas à grand chose…

Une fois tout en bas, nous avons été littéralement pris dans un nuage très dense de fumée qui nous a tous cloué au sol. Nous ne voyions pas à 1 mètre et il nous a fallut tant bien que mal nous sortir de là pour ne pas y rester !!

Pour le coup, on s’est un peu fait peur car on suffoquait complètement !! Un vrai truc de débile !!

fumée du Kawah ijen java indonésie

Flamme bleues, souffre et lac d’acide sulfurique

Une fois au fond du cratère, l’obscurité de la nuit nous entoure toujours et nous pouvons donc voir les fameuses flammes bleues qui s’échappent du volcan. Ça a quelque chose de magique. Bon, par contre, qu’on se le dise tout de suite, si vous avez déjà vu des photos sur internet de ces fameuses flammes, ne vous attendez pas à un truc de dingue avec les notre car il y avait énormément de fumée ce matin là, ce qui nous empêchait de les voir vraiment bien. On aurait pu s’en approcher mais sans masque à gaz on ne voulait pas tenter le coup…

flammes bleues kawah ijen java Indonésie flammes bleues kawah ijen java indonésie

Durant notre ascension et notre descente dans le cratère, nous avions croisé quelques mineurs portant sur leurs épaules des paniers remplis de gros blocs de souffre jaune. Nous pouvons voir ici d’où ce dernier est extrait. De grands tubes sont installés au fond du cratère qui permettent la condensation du souffre qui s’écoule peu à peu, finissant par se solidifier au contact de l’air. De là, armés de barre-à-mine, les mineurs en détachent des morceaux qu’ils chargeront dans leurs paniers. Ces derniers sont extrêmement lourds puisqu’ils pèsent entre 60 et 80 kg pour les plus robustes !! Sur du plat on galérerai alors imaginez ces hommes portant ces charges du fond du cratère au sommet pour ensuite redescendre jusqu’au comptoir !! Le tout leur prend environ 6 heures !! On imagine dès lors que ce travail exténuant doit être bien payé et bien détrompez vous, le kilo se négocie environ 600 IDR (soit moins de 0,05€…).

cheminée souffre Kawah Ijen porteur de souffre Kawah Ijen Java indonésie
Porteur Kawah Ijen java Indonésie porteur de souffre Kawah ijen java  indonésie

Sur la remontée, nous avons aidé un porteur âgé de 65 ans à porter sa charge. Nous nous y prenions à deux en nous relayant et nous avions vraiment du mal à l’imaginer arriver en haut tout seul. Finalement, notre guide (un ancien mineur) a fini par lui monter ses paniers jusqu’en haut du cratère avec une facilité déconcertante !!

Porteur kawah ijen java indonésie

Le jour s’étend finalement levé, nous découvrons également le lac d’acide sulfurique qui rempli le fond du cratère. Plus le soleil se lève et plus les couleurs en sont belles !!

kawah Ijen Java Indonésie

La descente de jour 

Une fois remontés en haut du cratère, il ne nous reste plus qu’à en descendre, mais de jour cette fois-ci, ce qui nous permet de découvrir les paysages que nous ne voyions pas en pleine nuit.

forêt bruléevolcan  Kawah ijen java indonésie

Adeline au bout du rouleau

Je ne pouvais pas finir cet article sans vous parler de l’état physique d’Adeline !! Depuis le trajet entre Pangandaran et Yogjakarta elle était tombée malade mais avait tout de même tenu à faire le Bromo. Après quatres nuits sans dormir ou presque, je vous laisse imaginer l’état dans lequel elle se trouvait… Elle a néanmoins trouvé la force de le faire jusqu’au bout et franchement chapeau car même en pleine forme c’était pas une promenade de santé !!

Ade sentier Kawah ijen java indonésie

Une nouvelle fois, un grand merci à Anthony et à son appareil (pour ceux qui veulent en savoir un peu plus sur ce qu’il fait) pour ses photos qui nous ont largement servi pour cet article !!

Fin de Java

Après être redescendu, nous retrouvons notre chauffeur et nous repartons direction le Port de Ketapang pour quitter l’île de Java et nous rendre sur celle de Bali !! 

Kawah Ijen java indonésie

Infos pratiques pour vous futurs voyageurs ;)

Transport pour le volcan puis vers Bali

Dans la gare routière de Probolinggo, nous avons trouvé une agence dans laquelle nous avons acheté  un billet qui comprenait le trajet entre Probolingo jusqu’au Kawah Ijen et le trajet jusqu’au port le lendemain.

Prix du ticket:  175 000 roupies par personne après négociation.

Hébergement

Nous n’avons pas eu le choix pour le coup et notre bus nous a tous arrêté au même endroit.

Guest house: Catimor Homestay 

Prix: 200 000 IDR la chambre double, 250 000 la chambre triple. C’est très cher pour ce que c’est surtout en comparaison du reste de l’île.

Sanitaires: Dans la chambre avec eau chaude

Petit déjeuner: inclus. Un sandwich confiture avec un oeuf dur

Se restaurer

Le mini bus nous a déposé dans un restaurant sur le bord de la route. Aucun prix n’étant affiché, nous les avons demandé et là, grosse blague : 30 000 IDR pour chaque plat !! Sachant qu’un riz fris coute entre 8 et 20 000 IDR habituellement c’était extrêmement cher.

Il nous a suffit de traverser la route pour trouver une petit boui boui où les soupes étaient à 6 000 IDR.

Si vous pouvez, on vous conseille de prendre quelque chose à manger avant de partir pour le soir car les prix dans l’auberge sont également très élevés !! Ici pas le choix, 60 000 IDR pour l’assortiment de plat. Cela se partage facilement à deux mais ce n’est franchement pas donné pour ce que c’est !!

Balade dans le volcan Kawah Ijen

prix d’entrée au parc: 100 000 IDR par personne (150 000 IDR le dimanche).

Prix aller au volcan tôt le matin et avoir un guide: 100 000 IDR par personne

Pensez à bien négocier les prix. Nous sommes ceux qui avons payé le moins cher (et pourtant on avait l’impression de se faire avoir) car d’autres payaient parfois plus du double pour la même chose !!

Quitter Java pour Bali

Prendre le ferry: Port de Ketapang

Prix du ticket: 8 000 IDR

Durée de la traversée: environ une heure.