Bilan et budget de la Nouvelle-Zélande

Des paysages d’une incroyable beauté et changeant sans cesse, une population avenante au possible, des randos magnifiques, des retrouvailles à l’autre bout du monde, …. Vous l’aurez compris en lisant nos articles, nous sommes totalement tombés sous le charme de ces deux îles aux antipodes de la France.

Nouvelle Zélande

Et alors les Kiwis ??

Alors là c’est l’échec TOTAL. C’est drôle de petites bêtes toutes rondes, sans ails et au long bec se sont bien cachés. Il faut dire en même temps qu’ils ne sortent que la nuit donc ça rend la tâche un peu plus difficile pour les observer. Il est possible d’en voir dans certain parc ou zoo mais nous n’avions pas spécialement envie de mettre notre argent là dedans donc tant pis…

A la place on a mangé des Kiwis, bien vert, bien juteux et sucrés. N’ayant pas de Kiwis en Guyane ça faisait 3 ans qu’on en avait pas mangé… Alors autant dire qu’au petit déjeuner ou en dessert ça passé plutôt bien . Le Best du best c’était qu’en même les golden Kiwis, ils sont plus gros, sans poils, jaunes à l’intérieur et on un goût de folie. 

Nouvelle Zélande Kiwis

Un pays cher, mais pas tant que ça

La monnaie en circulation en Nouvelle-Zélande est le dollar néozélandais. Comme toujours, avec les fluctuations monétaires, renseignez-vous sur le taux de change du moment. Lors de notre arrivée, 1$NZ valait 0,80€ environ et un mois plus tard, il était tombé à 0,66€…
On nous parlait sans cesse du coût de la vie très élevé qu’on trouvait ici, mais le premier constat que nous avons pu faire là-dessus, c’est qu’au final, vivre sur place n’est pas si onéreux que cela, moins qu’en France même pour certaines choses. Certes, en sortant de l’Asie (et surtout de l’Indonésie) il y a un petit choc, mais une fois celui-ci passé, on se rend compte qu’en se faisant nous-même à manger, on s’en sortira bien.
Bon, après, il faut dire que pour quelqu’un qui bois et qui fume, le discours sera tout autre, car à plus de 20$ le paquet de cigarettes et un prix de l’alcool qui frise parfois l’indécence (70$ les 75cL de Ricard…), le budget est vite entamé !! Mais n’étant ni l’un ni l’autre fumeur et ne buvant plus depuis le début de notre Tour du Monde, nous n’étions pas concerné. :D
Budget
Pour être un plus précis sur nos dépenses au pays des kiwis, voilà ce que ça a donné pour 36 jours de road trip.

Bilan Nouvelle-Zélande
Première constatation, l’essence est la plus grosse source de dépense du voyage. Avec un van pompant allègrement ses 12L au 100 et étant donné le nombre de kilomètres parcourus, le pompiste était devenu notre meilleur ami !
Etant donné que nous étions 4 en début de voyage, nous avons divisé par autant le prix du van, ce qui nous est revenu à aussi cher que de prendre un monospace, nous donnant l’avantage de dormir sans problème gratuitement dans les zones pour self-contained.

DSC09067 DSC07081 DSC09357

Le pays du randonneur

La Nouvelle-Zélande, c’est LE pays de la randonnée !!Nous y allions principalement d’en l’optique de marcher dans des décors hallucinants et le moins que l’on puisse dire c’est que cet objectif a été pleinement atteint !! Montagnes aux sommets enneigées, Fjords, plaines et collines verdoyante digne du monde des hobbits, volcans, plages de sables blanc, etc… on trouve vraiment de tout ici. Le tout extrêmement bien préservé. Sur quelques tronçons très touristiques, des passerelles sont même construites pour canaliser le flux de personne et ainsi protéger les espaces traversés. Les puristes apprécient moyennement, mais pour notre part, on peut comprendre ces aménagements. Autre avantage, non négligeable sur un Tour du Monde, contrairement à beaucoup de pays asiatiques, les randonnées sont gratuites !!

Nouvelle Zélande Wanaka

Autres activités

Pour le reste, il existe un panel important d’activités que l’on peut faire : du ski à la chute libre en passant par la plongée, l’offre est très riche… mais convient à une population tout aussi riche tant le coût de celles-là est élevé. Au départ, nous voulions en faire quelques-unes comme du saut en parachute, de la plongée, nager avec des dauphins, etc… mais chacune d’elle se chiffrait à une centaine de dollars voir beaucoup plus pour certaines… Ce sera pour une prochaine fois.

La nourriture

Pour la première fois depuis le début du voyage, nous pouvions nous faire nous-même à manger. Premièrement, c’était bon pour le budget et ensuite, on doit bien dire qu’après 7 mois en Asie, à manger dans la rue (donc essentiellement fris), nous avions une terrible envie de se faire des plats simples comme une bonne grosse plâtrée de pâtes ne baignant pas dans l’huile !! Nous n’avons donc pas goûté très souvent à des spécialités kiwis, mais plutôt profité de retrouver des grandes surfaces qui nous rappelaient un peu la maison :D

Il y aussi beaucoup de japonais qui font des boites de sushi et makis à emporter à un moindre prix pour notre plus grand bonheur. A kaikoura ils faisaient -50% sur tous les makis et sushi à partir de 17h…

L’itinéraire

En tout, nous sommes restés 36 jours en Nouvelle-Zélande.

C’est à la fois beaucoup (ce n’est pas tout le monde qui y passe plus d’un mois), mais pour faire les deux îles, c’est vraiment court !! Nous avons vraiment eu deux façons de voyager différentes pendant notre séjour. Durant les trois premières semaines, nous étions avec Valoche et Antoine et nous avions donc un rythme assez effréné. Nous étions sur la route tous les jours ou presque pour plusieurs centaines de kilomètres. Nous en avons pris plein les yeux, mais c’était relativement fatiguant. Par la suite, nous allions vraiment à notre rythme, restant plusieurs jours dans les coins où nous nous sentions bien et attendant que le beau temps revienne dans certains autres. Avec le recul, si c’était à refaire, nous ne ferions certainement qu’une seule île (l’île du sud) pour bien faire tout ce que l’on souhaite, car au final, une seule semaine dans l’île du nord, ce fut un peu bâclé.

Bilan_Nouvelle_Zelande

La population

Si nous avons adoré les paysages néo-zélandais, nous n’étions pas non plus en reste quant à nos rapports avec la population. Souriant, aidant, avenant, on a vraiment trouvé que les gens ici étaient très sympas. On était déjà sous le charme du pays, mais là, c’est vrai que ça donne complètement envie d’y vivre. Si on rajoute à ça qu’ils sont respectueux de l’environnement et des infrastructures on ne pouvait qu’être emballé. Lorsqu’on voit qu’en France, les moindres toilettes publiques vont être tagguées en deux jours et embaumant d’un doux fumet, ici, tout est propre et lavé deux fois par jour. On ne parlera pas du tri sélectif et des poubelles de recyclage que l’on peut trouver un peu partout.
Autre exemple, les honnesty box que l’on trouve dans les Camping DOC. Il s’agit d’une sorte de boite aux lettres dans laquelle on glisse un formulaire avec le nombre d’occupants du véhicule ou de la tente et la somme exacte affichée sur le panneau d’entrée. Même chose avec la vente de fruit ou de miel sur le bord des routes. Des étals avec personne à l’horizon. On se sert, on met la monnaie dans une petite boite et on repart comme on est venu. Chez nous, on imagine qu’un tel système serait forcé en une semaine ou que beaucoup de payeraient pas. Mais ici, tout marche à la confiance et cela semble très bien se passer. Bref une mentalité tout autre !!

DSC08411 DSC08410

Une architecture ouverte sur l’extérieur

Les néo-zélandais aiment leur nature, ça on l’avait compris en voyant comment ils l’a protègent. Mais ce sentiment est renforcé lorsqu’on voit le type d’architecture de bon nombre de maison. Les nouvelles constructions ont des façades entièrement recouvertes de baies vitrées. Une ouverture vers l’extérieur qui nous a beaucoup plu !! On se voyait déjà vivre dans une des belles maisons bordant le lac Wanaka avec vue sur la forêt, le lac et les montagnes :D 

DSC08554 DSC08994
DSC08995 DSC08996

Quelques petites astuces en Nouvelle-Zélande

Le choix du van

Si comme nous vous souhaitez faire un road trip dans le pays et que vous souhaitez le faire en van, vous aurez le choix entre deux types de véhicules :
Les vans self-contained
Les vans non self-contained
Pour être sefl-contained certified, votre van doit avoir des toilettes (une cassette de toilette chimique suffit) et un réservoir d’eaux usées. Après quoi, un petit macaron est à coller sur le pare-brise pour indiquer que vous avez tout cela. A quoi tout cela sert-il ? La certification vous permet en fait de pouvoir dormir un peu partout gratuitement en Nouvelle-Zélande, tant qu’aucun panneau n’interdit le camping pour self contained. Il est certes possible de trouver des zones où dormir gratuitement même en n’étant pas certifié, mais elles sont beaucoup plus rares. Vous pouvez tenter votre chance ailleurs, mais c’est au risque de vous prendre une prune de 200$ à votre réveil… Lors de notre troisième nuit dans l’île du nord, nos voisins ont été réveillés par un ranger qui leur tendait son petit papier. Il y a mieux pour commencer la journée !! Le self-contained est donc bien pratique, mais il coûte également plus cher. Pour 4, ça nous allait, mais à deux, le budget Tour du Monde en prend un petit coup.
Les vans non self-contained sont eux plus abordables et si on a prévu de passer la majorité des nuits en camping, c’est une bonne alternative. Il y en a plusieurs types, du monospace aménagé au petit fourgon avec plus ou moins d’équipement.

DSC09379
Une fois votre choix fait sur le type de van que vous voulez, vous avez deux possibilités. La location, ou l’achat d’un van à votre arrivée puis sa revente à la fin de votre voyage. Pour la location, nous sommes passés par Detour NZ qui s’est occupé de nous mettre en relation avec des loueurs. Dans le même temps, nous avons également contacté Frog in New Zeland pour voir qui serait le moins cher. Une fois les devis arrivés, nous avons fait jouer la concurrence pour faire baisser les prix. C’est finalement Detour NZ qui s’est montré le plus attractif avec une location chez Jucy pour un van 4 personnes. La location est l’option la plus simple, mais c’est également la plus cher.

Pour 33 jours de location, nous avons payé 3 000$ pour 4 personnes.

Si vous restez plusieurs mois, il est vite beaucoup plus rentable d’acheter directement votre van. Dans beaucoup d’auberges de jeunesse (notamment à Auckland), vous trouverez des annonces d’autres voyageurs vendant leurs véhicules. Cette option nécessite donc du temps pour l’achat et pour la revente du van. Prévoyez donc un peu de marge.
Si votre temps en Nouvelle-Zélande est plus court, ou que vous n’avez pas envie de vous embêter avec l’achat d’un van, vous passerez par la case location. Selon les compagnies, vous aurez un véhicule plus ou moins bien aménagé. Ceux de Jucy sont par exemple plus chers que certaines autres compagnies, mais sont bien pensés.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

DSC06124 DSC06125

1. Nous quatre dans le van Nouvelle Zélande

Où dormir en van ?

Que vous soyez self-contained ou non, il existe des zones dans lesquels vous pourrez dormir gratuitement un peu partout en Nouvelle-Zélande. Pour les localiser, on vous conseille fortement de télécharger l’application gratuite CamperMate, (disponible sur iOS et Android), qui les recense. Ayant un téléphone windows phone, nous n’y avons pas eu accès, mais lorsque nous avons vu de quoi il s’agissait, on a bien regretté car, même si nous n’avons payé en tout que 5 nuits, nous aurions bien moins galéré à trouver un endroit où dormir gratuitement dans certaines villes.
Dans certains endroits, notamment près des Fjords de Milford Sound, vous n’aurez pas le choix, il vous faudra payer pour dormir. Dans ces cas-là, les Camping DOC sont l’alternative la moins cher. Entre 4 et 7$ la nuit par personne dans un cadre souvent vraiment sympa. Pour ce prix-là, vous n’aurez la plupart du temps que des toilettes sèches, mais c’est déjà ça.
Si vous voulez plus de confort, il existe tout un tas de campings Hollidays Park avec douches chaudes, sanitaires et parfois même piscine. Le prix est bien plus élevé dans ces campings-là.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Gérer son eau

Si vous êtes self contained, vous allez souvent être amené à faire le plein d’eau potable et vider vos eaux usées. Pour cela, il vous faudra trouver des Dump Station.
La plupart du temps c’est gratuit (sauf lorsque c’est dans un camping, il faut payer si vous n’êtes pas dedans) et l’eau est potable. Si ce n’est pas le cas, un panneau l’indique.

DSC07116

Où faire ses courses

Vous ne devriez pas avoir trop de mal à trouver des grandes surfaces en Nouvelle-Zélande. On y voit pas mal d’enseigne tel CountDown, New World et Pak’n Save. Au départ tout le monde nous parlé de  Pak’n Save car ils font souvent des promotions pour les gros lots. Du coup, vous vous retrouverez avec des gros paquets de Weet & Bix, qui vous tiendrons 3 semaines mais à plus bas prix!!! Mais en comparant les prix on c’est aperçut que certains produits chez Countdown ou New World pouvaient être moins cher qu’à Pak’n save, il faut regarder les produits de la marque distributeur. Il faut aussi savoir qu’en fin de journée Countdown brade tous ces produits dans le rayon boulangerie donc si vous voulez du pain ou de la brioche à moitié prix pour le lendemain c’est là-bas qu’il faut aller ;)

OLYMPUS DIGITAL CAMERA OLYMPUS DIGITAL CAMERA OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Douche

Si vous êtes en van et que vous optez pour du camping DOC ou gratuit, il viendra à un moment où vos corps réclameront une bonne douche !! Le long des côtes il existe de nombreuses douches de plage gratuites. Petit inconvénient, elles sont froides et l’hiver arrivant, dans l’île du sud, on peut vous garantir que c’était une épreuve que de mettre la tête sous l’eau… On ne va pas se mentir, coté hygiène, on se douchait à la lingette dans le van. Sur nos 33 jours de location, nous n’avons pris que 5 douches… Oui je sais, c’est peu mais franchement avec le froid…
Si vous voulez vous prendre une bonne douche chaude, vous pourrez tout à fait le faire. Certaines stations-services notamment proposent des cabines de douche payantes. Cela va de 2$ mais ça peut monter à 5$ les 5 minutes !!

Parfois, la bonne alternative c’est d’aller à la piscine municipale qui vous coutera le même prix sauf que vous pourrez y rester la journée à profiter des bains chauds, des toboggans (s’il y en a) et faire des longueurs. Avant notre passage à Arthur’s Pass, nous sommes allés à la piscine de Greymouth et franchement, ce n’était que du bonheur !!!

Obtenir des informations

Dans la majorité des villes, vous trouverez des points d’information, ou i-Site qui pourra vous renseigner sur tout ce que vous pouvez faire dans les environs, où dormir gratuitement, etc… Lorsque nous arrivions dans un nouvel endroit, c’est la première chose que nous cherchions.

DSC07091
Internet en Nouvelle-Zélande

Si vous êtes du genre connecté, pas de panique, vous ne serez pas perdu en Nouvelle-Zélande. Les connexions internet ne manquent pas. Certaines villes proposent un wifi gratuit (limité ou non dans le temps) et d’assez bonne qualité. Si nous avons pris énormément de retard dans nos articles du blog en Nouvelle-Zélande, ce n’était pas à cause du réseau mais plus de nos batteries d’ordinateurs et surtout du temps qu’on voulait bien y consacrer. Un bon plan peut être de prendre une carte sim d’un opérateur néo-zélandais avec un accès à internet. Pour notre part, nous avions pris une carte chez Spark, car en plus d’avoir un peu de crédit et un accès internet sur le téléphone, vous trouverez dans beaucoup de villes des bornes wifi spark qui vous permettront de vous connecter. Personnellement, nous l’avons pris, mais ne nous en sommes pratiquement jamais servis…
Autre bon plan si vous voulez vous connecter : les bibliothèques. L’accès y est gratuits, des ordinateurs y sont souvent à dispositions et si vous avez votre propre machine, vous pourrez vous connecter au wifi tout en rechargeant vos batteries.

DSC08385